ZeMag - Région Centre-Val de Loire - 2 : Mai 2020

Archives

Collapse

Uncollapse

Xavier-Lavoisier-teletravail.png Xavier Lavoisier, Directeur du Patrimoine éducatif, culturel et sportif.

Globalement, tout le monde se montre bienveillant. On essaie tous de se recentrer sur l'essentiel.

Chiffres clés

-20 gros chantiers et une trentaine de travaux de maintenance impliquant une centaine d'entreprises étaient en cours dans les lycées, le patrimoine culturel (château de Chaumont) et sportif (CREPS de Bourges) au moment de la décision de confinement.

-Une dizaine de sorties d'urgence pour de l'Equipe Mobile d'Ouvriers Professionnels (EMOP) depuis le début de la crise sanitaire.

Retour En avant

Xavier Lavoisier

Directeur du Patrimoine éducatif, culturel et sportif.
70 agents

D'où travaillez-vous actuellement ?

Depuis mon domicile comme tous les agents de la Direction exceptés les équipes mobiles qui interviennent dans les lycées pour des travaux d'urgence comme l'installation de chauffage. Mais il y a eu peu de sorties jusqu'ici, tous les travaux programmés étant suspendus.

Le personnel administratif qui gère les marchés publics et financiers travaille aussi essentiellement en télétravail et se trouve peu à peu outillé.

Quelles ont été les premières conséquences de la crise du Covid 19 ?

Le lendemain de la déclaration de fermeture des établissements, nous pensions profiter de la période calme pour poursuivre les chantiers des lycées. Mais les entreprises sont vite devenues en incapacité d'agir à cause des gardes d'enfants, de la crainte du virus ou du manque de matériaux sur les chantiers. Nous avons donc décidé de fermer l'ensemble des chantiers et de les mettre en sécurité. En deux jours, ils étaient désertés.

Il a donc fallu préparer et transmettre les documents administratifs relatifs à la mise en sommeil de ces chantiers en cours et s'occuper des paiements à réaliser. De fait, nous continuons à payer au fur et à mesure les chantiers qui étaient réalisés mais à ce jour il n'y a presque plus de facture. C'est difficile pour ces entreprises car nous sortions d'une longue période de difficultés financières pour ces entreprises de BTP et l'activité repartait bien depuis fin 2017.

Tout cela se fait en échanges réguliers par mail et Skype entre les chefs de service, les techniciens, les ingénieurs et les personnels administratifs.

Aujourd'hui quelques entreprises souhaitent recommencer à travailler avec des mesures de sécurité renforcée au niveau sanitaire. Le redémarrage des chantiers est notre priorité des prochains jours.

Comment voyez-vous la suite ?

Est-ce que cela reprendra d'un coup ou est-ce que ce sera lent et progressif ? Difficile à prévoir. D'autant qu'il faudra du temps pour récupérer les matériaux et que la fin du confinement s'annonce très progressive.

Quels premiers enseignements tirez-vous de cette crise ?

Chacun essaie de faire au mieux de ses possibilités. Personne ne cherche à profiter de la situation pour ne rien faire ou se focaliser sur ses intérêts personnels. Chacun fait avec ses moyens y compris des personnes avec enfants à garder. Celles qui ne pouvaient pas travailler ont même posé des jours ce qui est très correct de leur part.

Cela dit, si on arrive à télétravailler, ce qui est assez fatiguant, il y a quand même des difficultés pour avancer. On sent à travers certains échanges des incompréhensions qui n'ont pas lieu quand les échanges s'établissent de visu. Cette situation est complètement anormale et angoissante. Il s'agit donc de faire attention à ce que l'on dit pour éviter les énervements car beaucoup sont assez sensibles en ce moment.

Mais vraiment globalement, tout le monde se montre bienveillant. On essaie tous de se recentrer sur l'essentiel.

Comment supportez-vous cette période ?

Déjà je ne suis pas sujet au stress et j'ai quitté le studio que je loue en semaine à Orléans, pour revenir à la campagne avec ma famille. Je peux sortir, c'est une chance. Je bricole, je jardine...Mon jardin n'a jamais été aussi beau !

Je me pose quand même des questions sur l'après, le moment où on reprendra.

Propos recueillis le : 3 avril 2020

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

Fichier-2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même