ZeMag - Région Centre-Val de Loire - 2 : Mai 2020

Archives

Collapse

Uncollapse

Sophie-Espinet-1.png Sophie Espinet, Direction de la communication, chargée Communication événementielle.
Sophie-Espinet-2.png
Retour En avant

Sophie Espinet

Direction de la communication, chargée Communication événementielle.
Maman de Nina 11 ans, Arthur 8 ans et Marcus 3 ans.

Côté Région.

Je suis chargée de communication événementielle en général et en particulier des thématiques de l'orientation, du numérique et de la signalétique. Avant la décision de confinement, avec les interdictions de rassemblement de publics, beaucoup d'événements et de festivals avaient déjà commencé à s'annuler ou se différer. Des prestataires étaient mandatés, des actions engagées. Nous avons eu un moment d'ajustement, de prises de contact et de réorganisation collective.

Actuellement, nous parvenons malgré tout à organiser un festival en ligne sur la découverte des métiers. Nous continuons donc de travailler mais autrement.

Côté maison : "du temps cloisonné"

Début mars, nous pensions quand même pouvoir compter sur la nounou du petit. Quand nous avons vu que cela n'allait plus être possible, c'était l'inquiétude. Comment allions-nous pouvoir gérer tout ça de front ? Finalement, la famille s'est bien adaptée.

Nous avons créé un emploi du temps et des tableaux de menus en essayant de mêler cadre et créativité. Nous vivons aussi sans ou très peu d'écran et ça aide.

Côté parentalité : "nous apprenons tous la patience"

Nous avons un autre rapport au temps et ce n'est pas si mal. Mais maintenant, ça fait plus d'un mois. Forcément émergent des petites tensions. Tous à un moment différent de la journée. Quelque chose doit sortir. Heureusement, il y a le trampoline en défouloir.

Les devoirs, c'est compliqué. Nos enfants ont des âges, caractères, affinités et facilités différentes. Cela demande de l'attention, de la patience et soulève des questions aussi de notre côté. En plus nous venions de déménager, nous avions donc plein de projets d’aménagement, mis entre parenthèses forcément. C'est ainsi. Nous apprenons tous la patience.

Dans une famille, le confinement empêche de faire ou d'être en individuel. Nous avons à la fois moins de moments à nous, en solo. Et aussi moins de vie sociale avec nos collègues, amis, famille. Et nous ne pouvons pas être que des parents... En ce moment il nous manque le partage et le relationnel. A la Région, nous formons un bon collectif, nous avons de la chance.

Propos recueillis le : 16 avril 2020

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

Fichier-2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même