ZeMag - Région Centre-Val de Loire - 2 : Mai 2020

Archives

Collapse

Uncollapse

Florence-Lejars.png Florence Lejars, chef de projet stratégie régionale de l'alimentation.

Chiffres clés

Connexions : 160 000, 34 000 le premier jour, une moyenne de 3 000/3 500

Acteurs inscrits : 412 producteurs et/ou producteurs et lieu de vente, 60 points de ventes, 40 artisans et métiers de bouche

Retour En avant

Histoire d'une plate-forme

Témoignage de Florence Lejars, chef de projet stratégie régionale de l'alimentation.

Les jours d'après

Après la décision de confinement, les réunions de crise en distanciel autour du Préfet notamment avec le Président et la profession, ont permis une prise de conscience rapide de la gravité de la situation, en particulier pour les filières agricoles. Au plus près du terrain, ils faisaient remonter les différentes fermetures de magasins, de restauration collective, de marchés, etc. Beaucoup de producteurs étaient structurés et organisés autour de ces deux derniers secteurs. Ils se sont alors trouvés dans de grosses difficultés et inquiétudes après la fermeture des établissements scolaires notamment.

Genèse d'un projet en accéléré

En région Centre Val de Loire, 85% de la production alimentaire régionale est structurée en filière longue : le lien direct entre producteurs et consommateurs était faible.
L'idée de rapprocher l'offre de produits du consommateur est au cœur de la stratégie régionale de l’alimentation votée en 2017.

Mais là tout s'est accéléré :
Lors de la réunion de crise du 26 mars, la Région propose l'idée d'une plate-forme de mise en relation les producteurs et les consommateurs. La Chambre régionale d'agriculture a été la première à donner son accord. Très vite, les têtes de réseaux nous ont rejoints : la chambre régionale de l'agriculture, la chambre régionale des métiers et de l’artisanat, la chambre régionale de commerce et d’industrie, bio centre, le réseau InPACT (qui promeut l'agriculture paysanne), l'agence Dev'up, la FNSEA Centre, etc.

En fait, très rapidement, nous nous sommes appuyés nos partenaires, ils ont coopéré, joué le jeu, relayé, partagé les informations pratiques et le projet. Grâce à ces efforts collectifs, le 30 mars, la plate-forme était opérationnelle, les partenaires, les producteurs et la presse informée.

Bilan

Notre premier objectif est atteint : offrir une visibilité aux circuits courts déjà possibles, relayer les multiples initiatives et opérations mises en place par d'autres opérateurs. Comme par exemple la carte interactive des marchés de plein air ayant autorisations d'ouverture mise à jour par la Chambres régionale des métiers et de l’artisanat.

Cette plateforme permet d’effacer l'effet des « bordures administratives » : nombreux sont ceux qui habitent en frontière de département ou de région. La plateforme permet de visualiser l’offre à proximité.

Côté réseaux sociaux, il y a un relai régulier - Facebook, Instagram, Twitter...- Le fait de mettre régulièrement l'information à jour entretient la relation et relance l’intérêt du consommateur pour les produits locaux.

Côté commandes et impact économique, il est trop tôt pour l’évaluer. C'est compliqué de mesurer si les gens retourneront rapidement comme avant sur leurs marchés de plein air.

Aujourd’hui, nous avons 600 acteurs (producteurs, points de vente de proximité) référencés sur la plateforme. C’est une plateforme participative, Chacun peut s'inscrire. Il y a eu depuis le 30 mars plus de 160 000 connexions et nous avons dorénavant 3000 à 3500 connexions par semaine. Nous recevons des messages de producteurs qui saluent cette initiative.

Et demain justement ?

Aujourd'hui, nous accompagnons la prise conscience des consommateurs sur l'étendue de l'Offre régionale; sur la chance de pouvoir s'approvisionner tout près en produits de qualité.
L'idée est de faire prendre conscience de toute l’offre de nos 6 départements.

Cette plateforme a vocation à durer dans le temps. Il s'agit aussi que la plateforme reste animée. Actuellement, je monte un groupe pour définir la façon de faire vivre cette plateforme. En particulier, un fil d'actualités « Fenêtre sur » est mis en place sur la page d’accueil du site depuis le 7 avril. L'idée est de mettre en avant les producteurs ou les produits de façon régulière. Les contenus (portraits, points de vente, etc.) sont fournis par nos partenaires mais le contenu éditorial est géré par la Direction de la communication.

« Restez Chez Vous »

Il n'y a pas eu de temps mort. Nous nous sommes tous trouvés confinés du jour au lendemain. Ce « restez chez vous » a été déstabilisant au début. Mais les conditions et les circuits d'information ce sont mis en place rapidement. Nous avons conservé les habitudes points individuels et réunions collectives et nous continuons à avancer sur notre sujet. Des outils comme Skype ou Teams permettent de travailler à plusieurs de façon collaborative. Cela change les façons de travailler. Les réunions sont plus rapides tout en restant efficace dans un esprit de convivialité.

Nous sommes une équipe soudée et solidaire, ainsi nous tenons la pression . Il y a une résilience.

Gérer la pression

Je m'interdis d'ouvrir mon ordinateur à l'heure du déjeuner et le soir. J'ai la chance d'avoir une maison avec jardin et suis confinée en famille. La pression met en action. Mais il faut s'efforcer de la mettre au bon endroit.

Propos recueillis le : 8 avril 2020

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

Fichier-2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même