ZeMag - Région Centre-Val de Loire - 2 : Mai 2020

Archives

Collapse

Uncollapse

partie-4-jour-1.png
Retour En avant

Le jour 1

L’annonce du confinement a marqué une rupture dans le quotidien de chacun.

Des décisions ont dû être prises rapidement, des organisations mises en place en urgence, des projets ont été lancés plus vite que prévu, d’autres carrément stoppés net…

Comment se sont passés ces premiers jours ? Quelles ont été vos réactions ?

Eric Martin, directeur général mobilité et territoires durables : « La première semaine du confinement a été compliquée et bouleversante pour tout le monde. Il a fallu organiser le rythme pour disposer de repères structurants individuellement et collectivement. »

Catherine Bidault, directrice du secrétariat général : « Face à l’urgence nous avons tous accéléré notre saut technologique ! »

Etienne Brun, chef du service exploitation, en charge de la gestion de la circulation du transport routier : « Après l'annonce du jeudi 12 mars de fermer tous les établissements scolaires, ce fut un peu l’affolement : il fallait suspendre 1 800 circuits scolaires sur le champ ! »

Aude-Laure Velatta, directrice générale accompagnement ressources humaines : « Chez nous, la séparation des équipes fut difficile. Nous nous quittions sans savoir jusque quand, avec l'impression de devoir se sauver dans l'urgence. Les jours d'après, ce fut un débordement total de courriels. »

Melina Prault, direction générale accompagnement ressources humaines, service carrière et rémunération : « Il nous a fallu une petite semaine d’adaptation pour que chacun prenne ses repères. »

Frédéric Daudin, Directeur des systèmes informations : « Nous avons connu un début de semaine très intense. En peu de temps, toute l’équipe a été mobilisée : organisation de la cellule de crise, dispatching des actions, reporting….. »


Guillaume Crépin, directeur de l'ERC de l'Indre : « Tout le monde s'est adapté très vite, même si on sent bien que ce n'est pas gérable sur du long terme. »

Laurence Caille, directrice de l'ERC Eure-et-Loir : « Cela s’est fait au fur et à mesure. Lors des premières réunions par exemple, nous faisions uniquement des tours de table. Maintenant c'est plus structuré : nous priorisons selon les urgences et réfléchissons à la fois sur le moyen et le long terme. »

Laurent Gougis, directeur de l'éducation et de la jeunesse : « En ce qui concerne la continuité pédagogique des lycées grâce aux outils numériques, les deux premiers jours ont enregistré quelques dysfonctionnements à cause de la multiplication des usagers et des usages (avec des pics même le week-end) mais le mardi 17 mars à 16h tout était opérationnel. »

Marc Richet, directeur du CRT : « Pour commencer, toute l’équipe a réalisé un travail sur les actions à mettre en veille ou à supprimer au profit d’une convergence des efforts sur ce qui est essentiel. »

Murielle Barreau, directrice des ressources éducation culture et sport : « Nous avons la chance d'être au sein d'une collectivité qui avait pris de l'avance, en ce qui concerne le télétravail, donc nous n’étions pas pris au dépourvu. »

Régis Brillard, responsable du service assistance aux utilisateurs à la direction des services d’information : « Collectivement, nous avons trouvé des solutions très rapidement. »

Marion Borbely, gestionnaire de contrats affecté au suivi énergie à la direction du patrimoine éducatif, culturel et sportif : « J'ai appris mon recrutement mi-mars juste pendant la décision de confinement. J'ai donc tout de suite su que j'allais faire une “téléprise de poste”. Il n'y a pas eu de problème, cela a été vite acté. Le mercredi 1er avril, J'avais déjà un ordinateur personnel et il m’a suffi de contacter la DSI qui m'a communiquée les codes pour accéder à mes mails, à l'intranet, aux dossiers, etc. »

Stéphane Dervaux, directeur général optimisation des ressources : « Cette crise a réellement confirmé que nous sommes adaptables et réactifs. Les agents ont très vite été sur le pont. Il a fallu innover dans une configuration à laquelle nous n'étions pas préparés. »

Véronique Barcelo, directrice de la culture et du patrimoine : « Le Président s'est très vite engagé auprès des acteurs de la culture : il nous a consulté très tôt et nous avons élaboré et mis en place une série de mesures visant à rassurer et soutenir les différents acteurs. »

Annie Obert, direction du patrimoine éducatif culturel et sportif : « Les deux premières semaines ont été compliquées, mais notre équipe a super bien réagi et tout cela s'est structuré rapidement. Les agents qui payent les entreprises et artisans se sont tout de suite sentis investis. Tout le monde a travaillé d'un même élan de solidarité. Entre agents, nous avons tous essayé de nous dépatouiller au mieux. Nous sommes restés toujours mobilisés. »

Florence Lejars, cheffe de projet stratégie régionale de l'alimentation : « Il n'y a pas eu de temps mort. Nous nous sommes tous trouvés confinés du jour au lendemain. Ce "restez chez vous" a été déstabilisant au début. Mais les conditions et les circuits d'information ce sont mis en place rapidement. »

Valérie Boivinet, encadrante du personnel technique au Lycée Descartes de Tours : « Dès le 12 mars, nous avons du ‘vider" l'établissement, tout en s'organisant pour maintenir des tours de ronde. Entre les gardes d'enfants, les santés sujettes à pathologies et des entourages peu à peu atteints du covid, nous avons fait très attention à ce que chacun se mette en sécurité… »

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

Fichier-2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même