Déclic - 9 : Mars 2019

Nos archives

Collapse

Uncollapse

Delphine-pinet.jpg
Retour En avant

Delphine Pinet, référente communication au pôle TRESOR

Delphine Pinet a fait le choix de reprendre ses études afin d’accéder au secteur de la communication. C’est sur son captivant parcours professionnel et son poste de référente de communication que nous revenons.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours professionnel ?


Titulaire d’un DUT GEA et d’une licence professionnelle entrepreneuriat, j’ai rejoint la Région Île-de-France en 2008 comme gestionnaire sur le secteur de l’emploi, puis j’ai été chargée de mission à la direction de la formation professionnelle, chargée de mission au sein du service qualité pour le projet « Région Responsable », et enfin j’ai rejoint le pôle TRESOR à la fin de l’année 2016 comme référente communication grâce à l’acquisition d’un master 2 en 2017.


En quoi consiste votre métier de « référente communication » au pôle trésor ?


Je suis chargée de définir, mettre en œuvre, suivre et évaluer le plan de communication des secteurs dont je suis responsable. Personnellement, je m’occupe de l’enseignement supérieur, de la recherche, de l’orientation et des formations sanitaires et sociales. L’objectif est d’assurer la visibilité régionale de ces secteurs en tenant compte de leur contexte et des actualités, mais surtout en veillant à bien être en phase avec la stratégie globale de communication de la Région pilotée par la direction de la communication. De manière générale, pour que ses missions puissent se réaliser et aboutir à temps, le référent communication se doit de travailler en proche collaboration avec les services opérationnels dans le but de valoriser au mieux les actions, de les rendre plus visibles, et de cibler plus précisément les publics que l’on veut toucher. Il est également en lien avec le Cabinet de la présidence. C’est une activité assez dense, qui nécessite une forte coordination transversale et l’implication des services, des directions, du Cabinet pour améliorer la visibilité régionale. Le référent communication a une place très centrale.


Pouvez-vous nous résumer vos activités quotidiennes ?


Mes activités sont très diverses d’un jour à l’autre, puisque j’interviens de manière très différente en fonction des sujets, des urgences et de la charge de travail de mes collègues. J’organise par exemple de nombreux événements qui prennent beaucoup de temps et qui ne peuvent pas se faire seul. Il est important de noter que derrière le référent communication, il y a toute une équipe d’acteurs. C’est un poste où la collaboration et la rigueur sont indispensables. Le pôle TRESOR est également très sensible à la communication interne pour maintenir un lien entre les agents de notre pôle et partager l'information de manière fluide pour que chacun puisse travailler dans de bonnes conditions. A ce titre, nous diffusons chaque mois une newsletter et nous organisons des matinales pour les agents.


Pourquoi et comment avez-vous repris vos études ?


J’ai effectué un bilan de compétence en 2013 à la suite duquel j’ai souhaité m’orienter vers le secteur de la communication. Par conséquent, j’ai suivi quelques formations auprès du Centre National de la Fonction Public Territoriale (CNFPT), mais je ne me sentais pas encore prête pour effectuer de réelles missions de communication et occuper un poste précisément dans le secteur. Je manquais de connaissances, d’outils. L’objectif principal de cette reprise d’études était d’acquérir de nouvelles compétences dans la communication pour y exercer pleinement et avec légitimité. Après avoir longuement exploré les formations en communication proposées à Paris, j’ai conclu que le master 2 collectivités territoriales de l’école des hautes études en sciences de l'information et de la communication (CELSA) me correspondait parfaitement.


Comment avez-vous réussi à allier à la fois les études, le travail et la vie personnelle ?


J’étais en cours entre deux et trois jours toutes les deux semaines tout au long de l’année 2017, c’était un rythme assez intense. La Région et mes encadrants m’ont accompagné, tout au long de mon projet, que ce soit pour mes démarches afin de réaliser un bilan de compétences ou encore pour l’obtention de mon diplôme en acceptant mes absences notamment lors de la rédaction de mon mémoire universitaire. J’ai eu la chance de travailler en collaboration avec des personnes compréhensives qui m’ont encouragée dans ce projet très enrichissant. J’étais très motivée pour obtenir mon diplôme, mais clairement, cela implique de mettre sa vie personnelle de côté pendant quelque temps.


Quel a été le rôle de la Région dans cette expérience ?


La Région m’a accompagnée financièrement puisqu’elle a accepté ma demande de Congé Professionnel de Formation (CPF). La Région a ainsi financé ma formation, et en contrepartie, j’étais moins payée lorsque j’étais absente pour mes cours et je me suis engagée à rester dans la collectivité un certain temps.


Quelles sont vos plus grandes réussites au cours de cette période d’alternance ?


Une de mes plus grandes réussites a été de changer de poste au cours de cette année déjà très chargée. J’ai pu concrétiser mon projet d’évolution professionnelle avant l’obtention intégrale de mon diplôme puisqu’ayant eu l’opportunité d’accéder au métier que je convoitais.


Avez-vous un dernier mot pour nos lecteurs ?


Ça a été un réel plaisir de retourner en cours, de retrouver cette place d’apprenant et d’avoir le temps de réfléchir sur des sujets captivants avec un regard déjà expérimenté et nouveau en même temps. C’est un aspect fondamental dans la reprise d’études. La prise de recul et la remise en question, notamment sur nos activités quotidiennes, est nécessaire pour bien et pour surtout mieux travailler. Lorsque l’on est dans l’opérationnel, on ne prend pas toujours le temps de le faire, et pourtant, c’est important.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

declic-1000x400.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même