Déclic - 10 : Juin 2019

Nos archives

Collapse

Uncollapse

L’équipe de la direction des formations sanitaires et sociales L’équipe de la direction des formations sanitaires et sociales
Retour En avant

La direction des formations sanitaires et sociales mobilisée pour une Région solidaire

La rédaction de Déclic a rencontré, Catherine Ladoy afin qu’elle nous présente le rôle de la direction des formations sanitaires et sociales, une direction essentielle qui touche l’ensemble des Franciliens dans leur vie quotidienne. Explications.

Pouvez-vous nous présenter le rôle de la direction des formations sanitaires et sociales ?


Dans le domaine des formations sanitaires et sociales, tout le monde connaît d’une certaine manière le rôle de notre direction. Tout Francilien a été, est ou sera en contact avec un professionnel du soin (infirmier, aide-soignant, sage-femme, kiné, assistant social, éducateur spécialisé) dans sa vie. La Région finance différentes formations (premiers niveaux de qualification, niveau bac et études supérieures) pour des métiers réglementés (un métier correspond à une formation précise) dans le domaine sanitaire et social. Nous sommes ainsi complètement inscrits dans la politique Région Solidaire de la Région.

Quelles sont les grandes compétences de la Région dans ce secteur ?


- La Région est pilote de la carte des formations. C’est-à-dire qu’elle décide à quel endroit, quelle formation est ouverte et pour combien de places. Aujourd’hui, près de 250 formations sont agréées pour accueillir 43 500 étudiants. L’enjeu est de former suffisamment de professionnels pour répondre à l’enjeu des besoins sur le territoire (dépendance, déserts médicaux et pénurie de professionnels dans certains secteurs). C’est une compétence essentielle à la fois en matière d’accès aux formations et d’aménagement du territoire.

- La Région a également en charge le financement des écoles (fonctionnement, charges de personnel, d’entretien). Grâce à ces subventions qui représentent près de 80% des recettes des 71 organismes financés, 25 000 étudiants peuvent suivre des formations quasiment gratuites. Un budget de 171 M€ est consacré à ce financement. La Région mobilise également 4,1 M€ en investissement pour cofinancer les équipements des centres de formation.

- La Région verse également des aides et notamment des bourses à 9 000 étudiants tous les ans, en formations sanitaires et sociales, tout comme le CROUS pour les étudiants de l’enseignement supérieur. Cela représente un budget de 31 M€.



Pour ces 3 champs d’intervention, la Région s’appuie sur le Schéma régional des formations sanitaires et sociales (SRFSS) voté en 2016 qui a été construit en concertation avec les partenaires. Il donne les grandes orientations de la Région jusqu’en 2022.

Quels sont les différents services de la direction et leur rôle ?


La direction est composée de 2 services :

Le service « relation avec les organismes » de Valérie Varault a en charge le suivi de la carte des formations. Celui-ci s’appuie notamment sur les études réalisées avec Défi Métiers. A titre d’exemple, toute la carte des formations en travail social est revue sur la base de 3 appels à projets instruits en lien avec l’IAU (Institut d’aménagement et d’urbanisme). Et bien sûr le service assure le suivi du financement des organismes de formation.

Le service « relations avec les étudiants » de Nathalie Chappot-Gerbaud gère les aides et la relation aux étudiants. Sa grande spécificité est le centre d’appels qui reçoit 20 000 appels par an avec des pics notamment lors de la rentrée de septembre. Le service gère également 11 000 dossiers de demandes de bourses et de fonds régional d’aide sociale (FRAS), la contribution à la stratégie régionale de l’orientation, l’information des réseaux de prescripteurs (Pôle emploi, Missions Locales) et la politique de communication (promotion des formations et des métiers).

Vous travaillez de manière transversale que ce soit à l’interne ou à l’externe ?


En effet, nous travaillons au quotidien à l’externe avec de nombreux partenaires (universités, Pôle emploi, Agence régionale de Santé, direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, ministère des solidarités et de la santé, ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche, centres hospitaliers, conseils départementaux, organismes de formation, fédérations étudiantes). Nous travaillons également beaucoup avec « Régions de France » En interne, nous sommes en lien avec de nombreux acteurs à la Région. En premier lieu, nous avons de nombreux sujets communs avec la direction de la formation professionnelle. Nous contribuons à la stratégie régionale de l’orientation qui est pilotée par la direction de l’enseignement supérieur et le pôle lycée. Nous travaillons quotidiennement également avec le pôle « finances » et les juristes, la direction de l’audit, la direction des systèmes d’informations et la direction de la communication.

Quels sont les grands projets de la direction ?


Ils sont très nombreux car nous sommes au cœur de 3 secteurs qui sont en pleine évolution (la formation professionnelle, l’enseignement supérieur et le monde hospitalier). En termes d’attractivité, nous avons du mal à remplir certaines formations (aide-soignant, infirmier, assistant de service social). Nous ouvrirons prochainement un groupe de travail avec nos partenaires sur cette thématique. L’enjeu est très important pour faire face notamment au vieillissement de la population. Le second enjeu est l’ouverture au monde universitaire qui permettra de favoriser les échanges entre étudiants infirmiers et étudiants en médecine dès la formation. La Région souhaite par ce biais promouvoir l’innovation pédagogique, comme la simulation en santé. On suit de très près la réforme de la formation professionnelle car nous accueillons des publics très divers et beaucoup de demandeurs d’emploi. Cette réforme aura forcément un impact sur nos formations. C’est un enjeu très fort pour 2019.

Nous avons un énorme chantier en interne avec la mise à jour de la carte des centres de formations en travail social. L’équipe est mobilisée ! Nous devons être très précis sur les critères pour justifier de façon objective nos choix.

Côté « bourse », le chantier de dématérialisation a commencé l’année dernière pour rendre un service plus efficace pour les étudiants grâce au dépôt de leurs pièces justificatives directement en ligne. A terme, l’étudiant pourra suivre l’avancée de l’instruction de son dossier en ligne. Nous travaillons également à la mise en place d’un outil de pilotage pour gérer l’ensemble de nos politiques.

Côté « communication », l’Exécutif a une volonté très forte d’informer sur les métiers et les formations sanitaires et sociales mais aussi de faire reconnaître l’engagement professionnel des personnes engagées dans ce secteur d’activité. Conscients de la difficulté et de l’utilité de ces métiers, nous œuvrons pour les valoriser.

Enfin, nous avons la volonté de mieux communiquer auprès du grand public, et des écoles qui sont des relais essentiels des politiques régionales. Nous avons réalisé notamment un guide pratique à leur attention. La Vice-présidente, Farida Adlani, souhaite également organiser un événement majeur qui réunira l’ensemble des centres de formations sous la forme d’un trophée. Comme vous pouvez le constater, les chantiers et les challenges ne manquent pas !

Un mot de conclusion ?


J’aimerais saluer l’engagement des 25 collaborateurs de la direction qui œuvrent au quotidien pour les Franciliens. Un grand merci à eux !

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

declic-1000x400.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même